La santé par les intestins : rappel


Un petit retour sur le fonctionnement intestinal s'impose afin de compléter les articles déjà publiés. Les présentes informations viennent également alimenter les différentes données transmises sur l'équilibre acido-basique et le rôle de l'acidité gastrique.



À la naissance

La microflore intestinale du nourrisson alimenté par le lait maternel, contient une majorité de bifidobactérium et de ruminococcus, soit des bactéries de fermentation produisant beaucoup d'acides gras à chaîne courte, entraînant un pH des selles bas. Ainsi, une hausse du pH correspond à une avancée de la flore de putréfaction aux dépens de la flore de fermentation.


Les bactéries intestinales



Un grand principe : l'équilibre entre la flore de fermentation et la flore de putréfaction. Vous trouverez ci-dessus un schéma indiquant le métabolisme bactérien dans le côlon. En résumé, on peut dire que la fermentation prédomine dans le côlon droit pour être progressivement relayée par la putréfaction. La fermentation correspond aux métabolismes anaérobies des hydrates de carbone, alors que la putréfaction met en jeu les métabolismes des acides aminés. On trouve également des espèces bactériennes méthanogènes et sulfato-réductrices. Le tableau ci-après reprend le classement des bactéries intestinales et de leurs substrats.


Le rôle de l'acide chlorhydrique

Sans revenir sur notre article concernant l'importance de l'acidité gastrique, on peut résumer son rôle crucial de la manière suivante :

  1. il assure la protection contre les micro-organismes agresseurs

  2. il active la phase initiale de la digestion des protéines.


Quelques points de repères

Milieu extérieur et milieu intérieur.

Nous n'avons pas toujours conscience de la taille de nos organes et de leur importance. Une petite comparaison entre la peau, les poumons et l'intestin grêle au travers de l'illustration suivante : Les intestins représentent environ une surface équivalente à 2 terrains de tennis ; les poumons, une piste de bowling.

Les carburants des cellules intestinales

Les cellules épithéliales de l'intestin grêle dépendent étroitement d'un apport énergétique provenant d'un acide aminé : La L-Glutamine. Les cellules du côlon, nommées colonocytes, ont quant à elles besoin d'un acide gras produit par la microflore intestinale : le butyrate. Un apport alimentaire équilibré entre fibres et protéines permet de fournir aux intestins le carburant nécessaire à son fonctionnement harmonieux. Un apport insuffisant de Glutamine à l'intestin grêle et de Butyrate au côlon entraîne une dysbiose intestinale.


Conclusion

Le dysfonctionnement intestinal, au delà des troubles bénins, peut faire le lit de pathologies plus lourdes comme les maladies auto-immunes, les allergies alimentaires, voire certains cancers... Une nouvelle fois, l'harmonie intestinale repose sur l'équilibre alimentaire. Des solutions naturelles existent pour corriger un terrain déséquilibré et viendront compléter les apports alimentaires nécessaires. À condition encore une fois de bien étudier les symptômes et de poser le bon diagnostic.


Source documentaire et illustrations Docteur Georges Mouton, Ecosystème Intestinal & Santé optimale, Marco Pietteur éditeur, collection Résurgence, 4e édition.

6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout