La thyroïde

Dernière mise à jour : 2 août


La thyroïde, gros plan sur cet organe indispensable au fonctionnement du corps humain mais qui reste méconnu du grand public. Tout du moins en ce qui concerne son fonctionnement car pour les symptômes de son dérèglement, une grande partie de la population peut témoigner des désagréments subis. Nous allons donc vous présenter son mode d'action, les signes de son dérèglement ainsi que les limites des mesures et analyses classiques.

La thyroïde, qu'est ce que c'est?

La thyroÏde est une glande en forme de papillon qui se trouve dans la gorge et qui produit des hormones. Elle pèse de 25 à 30 grammes et se compose de deux lobes verticaux situés de part et d'autre du larynx. Ces deux lobes sont reliés par un pont nommé isthme thyroïdien où subsiste un reliquat de notre état embryonnaire : le lobe pyramidal de Lalouette, vestige du canal thyréoglosse qui reliait la langue à la thyroïde.


Les sécrétions hormonales de la thyroïde

La thyroïde sécrète :

  • la T3 ou triiodothyronine

  • la T4 ou thyroxine

  • la calcitonine

L'activité de la glande thyroïde est contrôlée par une autre glande, l'hypophyse qui produit également des hormones. En fait, c'est l'hypothalamus qui va sécréter l'hormone TRH destiné à stimuler l'Hypophyse. Sous cette impulsion, l'Hypophyse sécrète la Thyréostimuline (TSH) qui impacte la Thyroïde. Cette glande sécrète alors un peu de T3 (10 à 20%) et de la T4 qui va se transformer en T3. Le taux circulant de T3 va rétroagir pour réguler la TSH. Cette production hormonale nécessite un apport en iode. La plus grande production de T3 est obtenue par la conversion de T4 au niveau du foie et des intestins.


L'autorégulation hormonale

La production hormonale est donc pilotée par le cerveau et les échanges d'informations entre les glandes vont avoir pour effet de réguler et d'ajuster les sécrétions. Ainsi, lorsque le taux d'hormones thyroïdiennes dans le sang est insuffisant, l'hypophyse fabrique une hormone stimulant la thyroïde pour relancer la production de T4. TSH est l'abréviation du terme anglais signifiant Hormone de Stimulation de la Thyroïde. Par analogie avec de la mécanique, on pourrait dire que la Thyroïde agit comme un carburateur réglant le régime et la combustion du moteur de l'organisme.


Dérèglements et signes cliniques

Les signes persistants de fatigue, de frilosité, de dépression, de perturbation du sommeil et de troubles de l'appétit marquent certainement une anomalie du fonctionnement de la glande. La sécheresse de la peau, la pâleur du teint et l'état des cheveux sont également révélateurs d'une faiblesse. Les troubles les plus fréquents correspondent à une hypothyroïdie, c'est à dire à un manque d'imprégnation de l'organisme en hormone thyroïdiennes. Le cas le plus fréquent prenant la forme d'une maladie auto-immune détruisant la glande : la maladie d'Hashimoto. Mais il peut arriver la situation inverse où la production d'hormones est trop forte : on parle alors d'hyperthyroïdie. Il existe aussi des cas d'inflammation de la glande nommée "thyroïdite", de goitre et de tumeurs bénignes ou malignes.


Trouble Thyroïde - Source doctissiomo.fr


Les limites du diagnostic et des analyses

Détecter un dysfonctionnement de la thyroïde n'est pas si évident que cela. D'abord parce que l'examen clinique des patients et de leurs symptômes a presque complètement disparu des cabinets médicaux au profit de la seule analyse de sang. Mais les marqueurs sanguins ont aussi leur limite. Ils constituent des valeurs cibles, des fourchettes somme toute très larges mais qui ne correspondent pas forcément à la valeur "normale" qui varie d'un individu à un autre. De plus, après une bonne nuit de sommeil, votre taux de TSH ou de T4 mesuré à 8 heures du matin peut se révéler correct alors que vers 11 heures, il sera "anormal". Combien d'analyses sanguines sont elles effectuées à la mi-journée? Et d'ailleurs, l'analyse de sang est elle fiable ? Rien n'est moins sur, et certains praticiens orientent désormais leurs patients vers un acte non remboursé certes mais plus instructif : le dosage urinaire de la T3. Cette pratique, malheureusement trop rare, doit être complétée par un dosage du cortisol et des capacités des glandes surrénales. La production de la thyroïde est en effet étroitement liée au fonctionnement de cette autre glande... En matière de normalité, la fourchette imposée par les laboratoires est bien trop large et on constate des différences de niveaux retenus entre les pays : ainsi aux Etats-Unis, la limite supérieure de TSH est fixée à 2,5mUI/L contre 4,4 mUI/L en France. Pourquoi de tels écarts et combien d'erreurs de diagnostics en découlent ?


Un mauvais fonctionnement : pourquoi?

Question à laquelle il est difficile de répondre mais on peut mettre en évidence quelques causes :

  • un défaut de cortisol et de vitamine D. Il faut en effet du cortisol pour que la T4 se transforme en T3 ET La Vitamine D joue un rôle de pre-hormone intervenant aussi dans le processus thyroïdien ;

  • une mauvaise activité enzymatique perturbant la transformation de la T4 en T3 ;

  • une pénétration cellulaire insuffisante de la T3.


Un faux remède universel : le Lévothyrox

Médicament incontournable de l'hypothyroïdie, ce produit correspond à de la T4 qui est inactive si elle ne se transforme pas en T3. Il n'est donc d'aucune utilité si, dans l'organisme, c'est la T3 qui manque. Or, il existe un autre médicament, mélangeant T3 et T4 : l'Euthyral. Pourquoi n'est il jamais ou si peu prescrit ? Un peu plus délicat à manier du fait de la demi-durée de vie des hormones thyroïdiennes différentes entre T3 etT4, une montée progressive de la posologie de l'Euthyral donne de bons résultats.


En guise de conclusion

Dans le parcours médical, trouver un bon médecin n'est pas toujours aisé. Il en va de même pour le choix d'un spécialiste y compris en endocrinologie. Il faut donc privilégier un praticien ouvert à l'exploration clinique, recherchant réellement les signes de dysfonctionnement de la glande. Il doit également éliminer les causes non hormonales de la fatigue chronique qui accompagne une hypothyroïdie. Enfin, il doit prescrire les bonnes analyses lui permettant de confirmer ou d'infirmer son diagnostic clinique. N'oubliez pas non plus que les produits naturels sont également des alliés du système endocrinien. À ce titre, le L Tyro Vital est un bon soutien pour les cas d' hypothyroïdie. On n'oubliera pas le duo Soufre-Calcium, omniprésent dans l'organisme, en se souvenant que la Thyroïde régule le calcium dans le sang... Un trouble de la répartition du calcium peut expliquer à lui seul un dysfonctionnement de la glande . Prenez donc le temps de la réflexion afin de mûrir votre choix avant de tomber dans le "tout médicament".

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout