Le guide du glutathion

Dernière mise à jour : 2 août

Depuis un certain nombre d’années, en matière de santé, la lutte contre les radicaux libres et l’oxydation est devenue un phénomène de mode. Aliments, compléments alimentaires ne cessent de rivaliser en mettant en valeur leur capacité antioxydante. Parmi toutes les substances mises en avant, une a été surnommée par les chercheurs «le maître antioxydant». Il s’agit du glutathion que nous allons vous présenter en détails au travers de cet article.


Qu’est ce que le Glutathion ?



Le glutathion est une molécule contenant du soufre et qui est fabriqué par notre organisme à partir de trois acides aminés :

  • L-Glutamine,

  • L-Cystéine,

  • L-Glycine.

Parmi ses multiples fonctions, le Glutathion protège les graisses de l’oxydation, renforce l’immunité, soutient les mitochondries. Il agit également sur le fonctionnement cérébral, lutte contre les toxines et les radicaux libres et on peut le considérer comme l’agent principal de désintoxication du corps humain en tant que cofacteur enzymatique dans des dizaines de réactions. En tant normal, il protège la vitamine C de l’oxydation, mais, quand l’organisme subit des inflammations, c’est la vitamine C qui aura ce rôle protecteur vis-à-vis du Glutathion. De bons niveaux de Glutathion sont bénéfiques aux fonctions intestinales, à la vision, au système cardio-vasculaire et permettent également une meilleure combustion des graisses.

Les domaines d’activité du Glutathion

Présent dans tout l’organisme, il soutient un grand nombre d’organes et de systèmes :

  • toxicité : Le foie est l’organe contenant le plus de Glutathion afin de pouvoir jouer son rôle crucial de désintoxication

  • fertilité : la procréation ne peut se faire correctement que si les toxines et l’inflammation sont faibles. On a pu constater une stimulation de la fertilité par la prise de suppléments de glutathion.

  • sommeil : nombreux sont les troubles du sommeil liés à des surcharges hépatiques. En libérant le foie grâce au glutathion, on retrouve un meilleur sommeil

  • cerveau et troubles neurologiques : le glutathion est un allié de choix pour lutter contre les radicaux libres et le stress oxydatif rencontrés en cas de maladies dégénératives (Alzheimer, Parkinson…)

  • croissance musculaire : elle est favorisée par le glutathion qui améliore aussi la force et l’endurance et le temps de récupération. Le glutathion devient alors intéressant pour toutes les pratiques sportives.

  • maladies chroniques et auto-immunes : soit pour accompagner les traitements lourds qui les accompagnent, soit pour moduler l’immunité

  • vieillissement : la production de glutathion diminue avec l’âge, ce qui accélère le vieillissement et le déclin cognitif.


Les sources de glutathion

Les aliments contenant du soufre comme les crucifères, l’ail, les œufs peuvent aider à fabriquer le glutathion. Un apport d’acides aminés peut aussi s’avérer utile, on peut alors utiliser le lactosérum. Qui dit acides aminés, dit protéines qu’il ne faut pas oublier ainsi que les vitamines B6 et B12 et C et E, ces 2 dernières permettant de recycler le glutathion. Notons également le Sélénium qui est un cofacteur de l’enzyme glutathion peroxydase. Il existe 3 précurseurs spécifiques du glutathion :

  • L’acide alpha-Lipoïque,

  • la L-Glutamine

  • la N-acétyl-L-cystéine.

Conclusion

Le glutathion est donc une substance fondamentale pour notre organisme. Je le conseille aussi bien à titre préventif que curatif. En cas de maladies graves, n’hésitez pas à l’utiliser sous une forme liposomée car sa biodisponibilité, sous une forme « classique » même réduite n’est pas exceptionnellement élevée et de toute façon moindre que celle de la N-acétyl-L-cystéine (NAC). Je conseille pour ma part d’associer le glutathion à une prise simultanée de NAC et de Vitamine C afin de profiter au mieux de leur synergie en améliorant la pénétration cellulaire du glutathion. Le rôle du Sélénium en tant que cofacteur enzymatique du glutathion nous renvoie également vers le PROSELEM déjà évoqué dans notre article "Les produits naturels au secours de la lutte anti- cancer".


Sources documentaires http://www.europepmc.org/abstract/med/12192730 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/8734304 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3170044 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/10880854 https://www.ncbi.nih.gov/pubmed/12818476 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/11115795 http://jn.nutrition.org/content/134/3/489.full https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/9414432 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/12217624 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2596047/ https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/10880854 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/10880854 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4328900/ https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3162377/ https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2267679/ https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3905294 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/15463873 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21462082 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/1455815 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/1550859 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/2221062 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/1913980 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24791752

11 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout