Le magnésium, oui mais lequel?

Dernière mise à jour : 2 août

La question est récurrente : quel minéral choisir et comment ? Parler de minéraux sans aborder les notions de dose (la charge minérale) et de biodisponibilité constitue une erreur malheureusement trop souvent rencontrée. L'exemple du magnésium illustre bien cet état de fait. Tentons d'y voir plus clair au delà des phénomènes de mode et des pratiques commerciales quelquefois discutables...


Les différentes formes de magnésium

Magnésium marin, chlorure de magnésium, sulfate de magnésium, pidolate, ororate, gluconate, glycérophosphate, citrate, lactate, magnésium chélaté...

Il existe en effet de nombreux sels de magnésium. Mais certains sont inorganiques donc très mal absorbés : magnésium marin, oxyde et hydroxyde de magnésium, sulfate et chlorure de magnésium. En revanche d'autres sels, liés à un transporteur auront une meilleure biodisponibilité en pénétrant mieux dans les cellules.


La charge minérale ou teneur en magnésium

Elle varie beaucoup d'un sel à l'autre: De l'ordre de 3 à 55% ! Exemple: 500mg de pidolate de magnésium n'apporte que 43,50 mg de magnésium-élément car sa charge n'est que de 8,7%. Cette charge sera de 5,4% pour le gluconate, 6,6% pour le glycérophosphate et 16,2% pour le citrate. Il n'est donc pas si facile d'atteindre la dose journalière recommandée soit 420mg pour un homme et 330mg pour une femme alors que, les Apports Journaliers Recommandés (AJR) au niveau européen sont fixés à 375mg et que la dose journalière maximale autorisée (DJM) en France est de 300mg. On note au passage une nouvelle fois que notre pays est à la traîne.


La biodisponibilité

Elle mesure la capacité d'une substance à être assimilée par notre organisme et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle est très variable d'un sel à l'autre. Le point le plus important à noter est l'absence de corrélation entre la charge minérale et la biodisponibilité. En clair, un sel riche en magnésium minéral, ne sera pas forcément biodisponible, le minéral non assimilé étant éliminé par les reins. Inversement, les sels ayant une bonne biodisponibilité ne véhiculent que peu de magnésium. Il faudra alors augmenter la posologie pour atteindre le niveau voulu avec là aussi, le risque de trop solliciter ses reins. A RETENIR

  • Les sels organiques sont plus disponibles mais ont une faible teneur en élément (environ 10%).

  • Les sels inorganiques ont une faible biodisponibilité car non solubles dans l'eau, ni dans les graisses, mais ils sont riches en minéral.

  • Théoriquement les meilleurs sels sont ceux du type phospholipidiques, du fait de leur structure proche de la membrane cellulaire.



Pour mieux choisir : la réceptivité



Formule chimique de la Taurine.


C'est un nouveau concept qui vise à associer la charge minérale avec la biodisponibilité. En associant plusieurs sels entre eux et en favorisant leur transport, on augmente la réceptivité d'un individu au minéral. On améliore donc la pénétration de l'élément au sein de la cellule en évitant de fatiguer les reins. Résultat : une dose optimale acquise avec un minimum de comprimés à avaler et sans effets secondaires (effet laxatif de certaines formes de magnésium). Enfin, pour favoriser la fixation du magnésium, il faut lui associer non seulement la vitamine B6 mais aussi la Taurine. Fruit d'une technique récente, vous pouvez trouver ce "multi-magnésium" sous l'appellation 6 Magnésium en 1


Conclusion

Encore une fois, ne cédez pas "aux sirènes commerciales". Les phénomènes de mode enrichissent toujours les mêmes... Mais la qualité est elle au rendez-vous? Même en "diététique" ou "médecines alternatives", il faut savoir séparer le bon grain de l'ivraie. Et tout ce qui précède vaut également pour tous les minéraux et notamment le Fer et le Calcium.

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout