Les plantes bio-indicatrices

Dernière mise à jour : 3 août

Diagnostic environnemental


Depuis le Ginko Biloba, l'arbre aux écus, les ovules fécondés par le pollen entrent "en dormance", c'est-à-dire que la germination est bloquée (c'est ce que nous appelons plus simplement une graine). La dormance est apparu il y a environ 150 millions d'années. Depuis, aucune graine n'est capable de germer directement. Elle ne germera que lorsqu'elle se trouvera dans des conditions environnementales qui correspondent à sa génétique et à sa biologie. Pour qu'une graine puisse germer, il faudra au minimum, qu'elle se trouve en terre avec un peu d'humidité (c'est le cas du blé, des radis roses, ou des laitues cultivées). D'autres espèces ont des critères ou des combinaisons de critères de levée de dormance beaucoup plus complexes. Ainsi la graine de l'aubépine ou du gui devra passer par l'estomac d'un oiseau pour être capable de germer. Les graines de l'olivier devront avoir passées par la rumination de la chèvre pour le faire. D'autres espèces lèvent leur dormance en présence de sels que constituent les engrais chimiques ou les pesticides de synthèse. Ce qui signifie que si nous savons que la renouée du Japon, par exemple, germe en présence de métaux lourds, partout où cette plante pousse, nous pouvons en déduire qu'il y a une pollution aux métaux lourds... Grace à un certain nombre de plantes, nous allons donc pouvoir détecter les pollutions environnementales qui peuvent prendre deux formes:

  • les pollutions chimiques par les pesticides de synthèse et les métaux lourds ;

  • les pollutions qui peuvent sembler "naturelles" car émanant du compactage des sols, de la mauvaise qualité des matières organiques apportées sur les sols agricoles par les agriculteurs eux mêmes( le lisier par exemple) ou de la perte de la porosité des sols.

Les plantes deviennent alors indicatrices de notre environnement et vont nous permettre d'analyser ses qualités ou défauts. Au final, est ce que je vis et respire dans un environnement sain ou sur un lieu pollué? La question se pose aussi pour notre alimentation. Produite dans mon jardin ou achetée au supermarché, provient elle d'une zone saine et non contaminée? Grace aux plantes, chacun de nous peut se transformer en détective et mettre au jour toutes ces pollutions ou malfaçons, trop cachées au consommateur. Au travers d'un prochain article sur les chardons, vous pourrez constater que l'observation de la nature constitue un véritable baromètre et nous indique que les temps à venir risquent d'être difficiles tant les outrages à notre environnement sont importants. Article de Gérard Ducerf

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout