Système digestif, enzymes et intolérances alimentaires

Dernière mise à jour : il y a 3 jours


Si l’alimentation est le principal médicament, bien digérer sa nourriture est une priorité, ouvrant la voie à une bonne santé.

Présentation sur l’appareil digestif et l’importance des enzymes digestives pour luter contre les intolérances alimentaires, les maladies cœliaques et les allergies.


Les étapes de votre digestion



Le schéma ci-dessus reprend les étapes de la digestion. Les aliments doivent être dégradés mécaniquement et chimiquement dans le tube digestif afin que l’organisme en recueille les nutriments. Ceux-ci traversent la paroi de l’intestin pour passer dans le sang et la lymphe (phase d’absorption).

Les nutriments véhiculés par le sang vont pouvoir pénétrer les organes et être utilisés par les cellules comme éléments de construction ou comme source d’énergie. Les aliments non digérés sont évacués sous forme d’excréments.

Le circuit digestif utilise différents organes et on assiste à une transformation mécanique des aliments dans la bouche et l’estomac, puis, à une transformation chimique, dans l’estomac et les intestins. Les aliments sont d’abord mastiqués et coupés en petits morceaux dans la bouche, écrasés par les dents et imprégnés de salive. Ce bol alimentaire est poussé par la langue dans l’œsophage qui relie l’estomac. Les aliments vont avancer grâce aux contractions des parois de l’œsophage jusqu’à l’estomac en passant par un clapet appelé cardia.

Le rôle des sucs digestifs est de découper les molécules pour produire les protéines, les lipides, les glucides, les vitamines et minéraux. Le bol alimentaire est brassé plusieurs heures dans l’estomac pour être réduit en bouillie. On constate une production de sucs gastriques pouvant atteindre deux litres par 24 heures. Cette bouillie va se déverser dans l’intestin grêle, organe composé de 3 parties (duodénum, jéjunum, et iléon) mesurant sept mètres de long.



La transformation chimique des aliments


Elle nécessite trois réactions :

  • les protéines ou protides fragmentées en acides aminés,

  • les graisses ou lipides émulsionnés en acide gras,

  • les sucres ou glucides transformés en sucres assimilables.


Pour permettre une absorption optimale des aliments, le système digestif doit donc produire des enzymes qui vont servir à découper les aliments. La production de ces enzymes débute dans les glandes salivaires et se poursuit dans le pancréas, l’estomac et l’intestin et vont servir de catalyseur au processus de fractionnement des substances contenues dans le bol alimentaire.

La salive (1,5 litre par jour) contient une enzyme scindant l’amidon. Les acides gastriques vont permettre de décomposer les aliments en même temps que le mucus de l’estomac se dépose sur ses parois pour le protéger.

On trouve différentes qualités d’enzymes :

  • l’amylase destinée à préparer la digestion des glucides pour les convertir en dextrines et en sucres et synthétiser le glucose à partir du glycogène ;

  • la lipase, émanant du foie et du pancréas, hydrolyse les graisses pour les transformer en acides gras et en glycérol, qui seront soit stockés, soit utilisés par l’organisme ;

  • la bromélase va être utile à la production d’acides aminés, d’hormones et d’autres enzymes grâce à l’hydrolyse des protéines ;

  • la papaïne stimule la digestion des protéines.

Les aliments prédigérés passent dans l’intestin grêle par le pylore. Dans le duodénum, lieu primordial de la digestion, le bol alimentaire subit l’action des sucs digestifs :

  • suc intestinal qui contient de l’entérokinase ;

  • suc pancréatique contenant de la sécrétine qui va neutraliser l’acidité gastrique en association avec la bile ;

  • bile qui se déverse par le canal cholédoque.

Le pancréas est à la fois un organe et une glande qui produit environ deux litres de suc par jour, contenant plusieurs enzymes, notamment la trypsine découpant les protéines, la lipase pour les graisses et l’amylase pour terminer l’hydrolyse de l’amidon.

La bile est sécrétée en fonction des graisses et minéraux présents dans l’estomac et le duodénum, les sels biliaires se combinant avec les lipides pour devenir solubles dans le sang. La bile est donc une ressource utile au corps humain et non un déchet de l’organisme. La flore intestinale transforme notamment l’urée en ammoniac et participe à la fermentation des substances non absorbés par l’intestin grêle. L’intestin grêle est donc l’organe principal de l’absorption des nutriments, processus facilité par sa longueur et ses villosités offrant une surface d’échange d’environ 250m². On y trouve un très dense réseau de vaisseaux sanguins et lymphatiques.


Qu’en est il des intolérances alimentaires ?


Une grande confusion existe entre les allergies à certaines substances et les intolérances alimentaires mais les mécanismes mis en jeu dans le corps humain ne sont pas identiques. On peut distinguer :

  • les allergies au protéines de blé qui sont liées à une réaction immunologique immédiate de l’organisme. Un grand nombre d’aliments sont concernés tels que le lait, le soja, les arachides… Seul un diagnostic biologique dans le sang permet d’identifier la cause du problème, qui, ne peut être évité qu’en supprimant le blé de son alimentation ;

  • la maladie cœliaque Plusieurs phénomènes interagissent dans cette maladie auto-immune favorisée par le gluten : difficulté à digérer le gluten ; action enzymatique au niveau de l’intestin qui ne se renouvelle pas. Le diagnostic de maladie cœliaque ne peut être posé sans examen clinique doublé d’une recherche d'anticorps. Le gluten agissant comme un agent extérieur entraînant l’inflammation de la paroi des intestins et l’atrophie de sa muqueuse. La suppression totale de toutes traces de gluten dans l’alimentation est obligatoire.

  • Les intolérances aux céréales ou autres aliments Elles ne vont toucher que certaines personnes et dans des pathologies différentes et il n’est pas toujours évident de définir leurs rôles.

Si l’allergie et la maladie cœliaque sont clairement identifiées dans leur mécanisme et leur diagnostic, il n’en va pas de même en ce qui concerne les intolérances dans lesquelles interviennent plusieurs mécanismes, variables suivant les personnes. Le procédé le plus fiable pour être certain d’une intolérance est d’évincer totalement l’aliment concerné pendant plusieurs semaines et de le réintroduire ensuite.

Dans tous les cas, l’amélioration de la digestion des protéines semble une voie incontournable pour améliorer une situation difficile ou résoudre les problèmes.

Les enzymes digestives

Les enzymes digestives sont la première étape de fourniture d’énergie pour l’organisme. Un déficit de fabrication d’enzymes ou des conditions changeantes, comme une acidité de l’estomac qui diminue vont donc avoir des conséquences négatives sur les métabolismes de la digestion. On se souviendra que les symptômes d’une hyperacidité sont les mêmes que ceux d’un manque d’enzymes digestives ou de trop faible acidité de l’estomac… On comprend ainsi mieux les conséquences désastreuses d’un recours permanent et excessif aux médicaments anti-acide, au bicarbonate de soude, aux inhibiteurs de pompe à protons, aux métaux alcalins...

Les compléments alimentaires comme solution

Les compléments alimentaires peuvent permettre de soutenir le système digestif en lui fournissant une supplémentation en enzymes digestives.

Ortho Multizym Forte contient 5 types d'enzymes :

  • une protéase est une enzyme qui coupe les liaisons peptidiques des protéines. On les appelle également "peptidase" ou "enzyme protéolytique" ;

  • une amylase est une enzyme de la famille des hydrolases, catalysant principalement l'hydrolyse de l'amidon en sucres réducteurs ;

  • une glucoamylase est une enzyme qui décompose les chaînes de sucres comme le maltose jusqu’à obtenir le sucre le plus simple, le glucose ;

  • une invertase est une enzyme qui hydrolyse le saccharose en glucose et fructose. On la trouve dans les cellules de la levure de bière. Elle est aussi appelée saccharase ou sucrase ;

  • une lipase est une enzyme hydrosoluble capable d'effectuer l'hydrolyse de fonctions esters et est spécialisée dans la transformation de triglycéride (lipide) en glycérol et en acides gras (lipolyse).

A quoi sert Ortho Multizym Forte ?

  • Agir sur l'ensemble des nutriments ;

  • compenser le manque de production d'enzymes digestives pouvant survenir avec l'âge, la maladie, la prise de médicaments, l'intoxication aux métaux lourds, mauvaises habitudes alimentaires ;

  • la lactase améliore la digestion du lactose chez les individus ayant des difficultés à le digérer.

Ortho Glutenzym va favoriser l'assimilation du gluten. Ortho Multizym va proposer une solution complète permettant de se protéger des effets des aliments mal digérés pour compenser un déficit d’enzymes digestives. Il agit sur l’ensemble des nutriments. Ortho Lactozym lutte contre les intolérances au lait en fournissant une lactase pour assimiler le Lactose ( sucre du lait), une protéase pour digérer la Caséine, la protéine du lait, et enfin une lipase pour traiter les graisses du lait.

6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout