Le foie et la stéatose hépatique

Dernière mise à jour : il y a 4 jours

Si on connaît le rôle du foie et son importance pour l'organisme, un petit focus sur une menace insidieuse pour cet organe : la stéatose hépatique. Et bien sûr, quelques solutions pour y remédier.


La stéatose hépatique: définition

Le terme désigne en fait "le foie gras", l'invasion graisseuse des cellules du foie. On en rencontre deux types :

  • une stéatose de type "alcoolique", ayant pour origine les hépatites virales, médicamenteuses ou alcooliques. Elles se transforment le plus souvent en cirrhose entraînant la destruction du foie ;

  • la stéatose non alcoolique, qui correspond à une infiltration discrète et progressive des triglycérides dans le foie.



Directement liée à la nutrition, on la constate chez les personnes en surcharge pondérale et chez les diabétiques. Mais plus l'outil de diagnostic médical évolue, plus l'ampleur du phénomène apparaît comme importante et inquiétante au point de toucher près de 25% de la population et de poser un réel problème de santé publique.


Conséquences de la stéatose

Au départ regardé avec légèreté, cette maladie ne se contente pas de ralentir le travail du foie. Outre les risques de cirrhose, de fibrose et de cancer, le foie qui filtre un litre de sang par minute intervient aussi dans une cascade de réactions chimiques impactant les enzymes, les protéines, les hormones, les neuromédiateurs... Une stéatose est donc potentiellement porteuse de dérèglements multiples comme le syndrome métabolique, les maladies cardiovasculaires, la dépression, le vieillissement, dysfonctionnements sources de stress oxydatif amplifiant les problèmes.


Les solutions à la stéatose



Un foie en bon état est source de bien-être et longévité. Cet organe est doté d'une capacité naturelle de régénération puisque ses cellules appelées hépatocytes se renouvellent en moyenne tous les deux mois. Pour autant, il convient de le soutenir et de l'aider dans l'évacuation de ces graisses inutiles. Une combinaison de micronutriments et d'antioxydants à base de flavones, polyphénols et bioflavonoïdes permet à la fois de protéger le foie et de stimuler sa régénération. On contribue ainsi à augmenter la résistance du foie aux produits toxiques (alcool, médicaments, toxines...) mais aussi à stimuler le renouvellement de ses cellules tout en évacuant les graisses des cellules. Cela se traduit par une reconstitution du tissu hépatique améliorant ainsi les valeurs des enzymes hépatiques telles que les transaminases ou les gamma GT. À moyen terme, le métabolisme hépatique des lipides se régule et on assiste alors à une baisse du cholestérol et des tryglycérides.


Quels produits choisir ?

Outre les apports traditionnels de la phytothérapie, notre préférence va aux produits conçus par le professeur Bok, biologiste coréen, spécialiste des fonctions hépatiques. Il a ainsi mis au point le HAN-HEPA à partir de d'extraits de Kaki, de baies de lyciet (le fameux goji), de citron, de graines de sarrasin, de germes de soja, de choline et de vitamine C. Disponible en gélules ou sous forme de comprimés, le HAN-HEPA peut aussi être utilisé en alternance avec un produit utilisé dans notre protocole "Comment supporter une chimiothérapie" : OAKY. L'ensemble des produits de cette gamme a fait l'objet d'études rigoureuses menées par le professeur Bok à l'université de DAEJON en Corée. Ils forment donc un allié de choix pour reconstituer et restaurer le tissu et les fonctions hépatiques.

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout